En date du 5 novembre 2021, s’est tenu à Mont Sion Gikungu un atelier d’échange et d’approbation du mémorandum entre l’Union Haguruka des Coopératives Multifilières, UHACOM en sigle et l’Appui au Développement Intégral et à la solidarité sur les Collines, ADISCO. C’était dans le cadre de la concrétisation du processus d’autonomisation de l’UHACOM amorcé depuis l’année 2018.

C’est Monsieur Libère Bukobero, le Secrétaire General d’ADISCO, qui a ouvert la réunion par un mot de bienvenue aux participants. Il a rappelé que ce rendez-vous était tant attendu afin de permettre à l’UHACOM d’être autonome et prendre ses responsabilités en matière d’accompagnement des coopératives au nom de sa mission qui s’aligne aux  valeurs d’autopromotion, économie sociale et solidaire et la démocratie. Il a aussi rappelé que la signature de ce mémorandum marquera un pas historique vers la mise en œuvre du plan d’action élaboré lors de l’autonomie de cette faitière.

Avant d’entrer dans le vif du point au menu, le directeur de l’UHACOM, Monsieur  Appolinaire HACIMANA, a rappelé aux participants la vision, la mission et les objectifs de l’UHACOM ainsi que la situation actuelle de l’organisation.

Examination du contenu du mémorandum

Pour permettre aux participants d’avoir une compréhension unanime  du contenu du mémorandum, les participants ont choisi de débattre sur la version Kirundi et d’échanger sur chaque article selon qu’il présente des manquements ou une traduction qui n’est pas très rapprochée à la version française.

En effet, le mémorandum s’articule sur 7 points clés définissant le rôle de chacun pour l’aboutissement du processus. Il s’agit généralement de:

-Le contexte dans lequel intervient ce mémorandum ;

-Les domaines de collaborations entre les deux entités ;

-Les attributions et les interdits au personnel de l’UHACOM ;

-Les interdits et les attributions du CA de l’UHACOM

-Les attributions et les interdits au CS de l’UHACOM

-Les attributions et les interdits d’ADISCO.

-Les dispositions finales définissant les mécanismes à entreprendre s’il survient un conflit qui interfère sur l’avancement de l’autonomisation.

Certains articles ont été largement débattus, conduisant aux conclusions importantes. Les participants ont demandé à l’équipe chargée d’éditer le document d’intégrer les amendements proposés et relire le document.

Toutes les parties se félicitent du pas franchi

Le secrétaire général d’ADISCO, Libère Bukobero, a jugé cet évènement d’historique. Il a estimé que c’est la première fois, au Burundi, que deux organisations se mettent ensemble pour mettre en place un document pareil définissant leur engagement et leur collaboration pour accompagner la communauté vers le développement.  Il a rassuré que ADISCO continuera à plaider pour l’UHACOM, mais, cette fois-ci,  en tant que partenaire  indépendant et autonome prêt à porter sa propre mission. Il a également indiqué que l’UHACOM a désormais le droit de nouer des partenariats avec d’autres organisations promouvant les mêmes valeurs que celles de l’UHACOM.

Le président de l’UHACOM, Elie Nduwayo, a remercié vivement ADISCO de n’avoir  ménagé aucun effort pour la réussite du processus de l’autonomisation de l’UHACOM. Il a promis que les leaders à la tête de l’UHACOM feront de leur mieux pour le développement de l’union.

Le président du conseil d’administration d’ADISCO, Marc Rwabahungu, a salué la contribution de tout un chacun à la réussite de cet évènement historique pour les deux organisations. Il n’a pas manqué de prodiguer quelques conseils à l’endroit de l’UHACOM.

-L’UHACOM doit renforcer son plaidoyer auprès des décideurs pour faciliter l’émergence du mouvement coopératif au Burundi, notamment la mise en application de la loi sur la f-iscalité des coopératives ;

-Ne jamais renoncer à sa mission et à ses valeurs d’origine ;

-Etudier minutieusement les dossiers des coopératives qui souhaitent adhérer dans l’UHACOM. Evaluer surtout leur business plan et leurs valeurs (respectant les principes d’Economie sociale et solidaire) ;

-Sanctionner les leaders qui handicapent le développement de leurs coopératives et celui de l’UHACOM.

-Sanctionner les leaders qui détourneraient le patrimoine des coopératives

Notons que le document a été signe ce mercredi 10 novembre 2021 par Elie Nduwayo et Marc Rwabahungu respectivement présidents de l’UHACOM  et ADISCO